Les pêcheurs de loisir refusent les zones de non-pêche

  • Imprimer

Les associations de pêcheurs de loisir sont très hostiles au projet prévoyant des zones de non-pêche autour des îles Saint-Marcouf, dans la baie des Veys, à la pointe du Hoc et sur toute la zone allant de la pointe de Saire au sud de Saint-Vaast.

 Sur l'invitation de Gilbert Joret, président de l'association des pêcheurs usagers du port de Querqueville, le comité départemental de la pêche maritime de loisir de la Manche (CPML50) s'est réuni lundi 24 février à Querqueville. Plus de 50 représentants de toutes les associations des pêcheurs du département étaient présents. Le président du comité, Jean Lepigouchet, a résumé les débats : « Un nouveau pavé vient d'être lancé par l'Agence des aires marines protégées (AAMP).

Dans le cadre de la procédure Natura 2000 en mer, une réunion du comité de pilotage du site « Baie de Seine occidentale ›› a eu lieu. UAAMP. A communiqué sans qu'aucune discussion n'ait eu lieu sur le sujet, diverses mesures. Cette agence propose brutalement des mesures de gestion visant à créer des zones de non-pêche en des lieux fréquentés habituellement par les pêcheurs de loisir! ›› Le nouveau texte prévoit que la pêche du bord, la pêche embarquée et la pêche sous-marine seraient interdites dans quatre zones : les îles Saint-Marcouf, la baie des Veys, la pointe du Hoc (dans le calvados) et toute la zone allant de la pointe de Saire au sud de Saint-Vaast-la-Hougue. Le comité dénonce cette situation qui revient à priver bon nombre de pêcheurs de leur loisir favori avec toutes les conséquences économiques qui en découlent.  « Inefficace! ››, « Qu'est-ce qui peut motiver une telle mesure? S'est interrogé, le président. La directive-cadre européenne Stratégie pour le milieu marin impose certes à la France la création de réserve mais la plupart des études montrent l’inefficacité d'une telle mesure!››.

Selon le comité, il serait plus efficace de fixer des tailles réglementaires en adéquation avec la biologie des espèces, d'instaurer un vrai repos biologique en particulier pour le bar (pas de pêche intensive sur les regroupements de bars pendant les périodes de frai), de favoriser la mise en place de récifs artificiels...

Les représentants de la pêche de loisir proposent aussi l'arrêt immédiat de la pêche sur les frayères, harmonisations des tailles pour les professionnels et les plaisanciers. Arrêt immédiat du chalutage dans la bande côtière des zones des 3 miles.

Depuis de nombreuses années, les associations de pêche de loisir multiplient d'ailleurs les documents d'information et de sensibilisation à ces bonnes pratiques à destination des pêcheurs de loisir. « En quoi les pêcheurs à la  ligne du bord, en bateau ou sous-marins, sont-ils une menace pour les espèces devant Saint-Vaast?

Ce n'est pas sérieux! ››, a-t-on entendu lors de la réunion. Si l'interdiction devait se confirmer, la pèche à la ligne serait interdite de jetée ou de plage, les petits bateaux ou pêcheurs sous-marin obligés de parcourir une distance' beaucoup plus importante.